Rentrée 2020 : les annonces de la métropole et les doutes des syndicats

Rentrée 2020 : les annonces de la métropole et les doutes des syndicats

image_pdfimage_print

À quelques jours de la rentrée scolaire, le président de la Métropole de Lyon Bruno Bernard, accompagné du vice président délégué à santé aux personnes âgées et aux personnes en situation de handicap Pascal Blanchard, et de Philippe Guétat directeur départemental de l’ARS Rhône, tenait une conférence de presse afin de faire le point sur les mesures prises par le conseil métropolitain afin d’envisager cette rentrée dans le contexte de la crise sanitaire.

La Métropole annonce qu’elle distribuera 140 000 masques aux collégiens du Grand Lyon, ce qui équivaut à 2 masques lavables en tissu par élève et correspond à un budget de 360 000 euros. Si cette distribution est organisée par la Métropole, de nombreuses décisions, comme le préconise le protocole sanitaire, sont laissées à la “souveraineté” des proviseurs d’établissements scolaires. Si ce protocole a pour but que tout élève puisse retourner à l’école, tout ne sera pas comme avant. Il semble par exemple que les self, modèle répandu dans les cantines de collèges, soient voués à disparaître au profit de repas servis à table, parfois froids.

À l’exception de cette annonce sur cette distribution de masques, pas grand-chose d’autre n’a été communiqué au sujet des collèges. En revanche, la Métropole a annoncé qu’elle allait organiser, en collaboration avec le Sytral, les mairies, les HCL et des laboratoires privés, une grande campagne de tests sur les 2 premières semaines de la rentrée. Des tentes seront érigées à des terminus de métro où 400 à 600 personnes pourront être testées chaque jour, en fonction de l’affluence. Cette campagne débutera ce lundi 31 Août de 11h à 19h au terminus du métro D gare de Vénissieux où une nouvelle conférence de presse aura lieu, donnant plus de détails sur la continuité de cette campagne que Pascal Blanchard qualifie comme une “expérimentation”.

Cette campagne a certes pour but de tester davantage de personnes mais la Métropole vise aussi à sensibiliser les gens et à atteindre un public que ne se ferait pas tester. Il s’agit aussi d’être “pédagogue” et de rappeler que les tests sont gratuits et ouverts à tous, sans prescription et sans avoir besoin d’être ressortissant français.

En parallèle, nous avons interrogé Prune Audiffren, professeure dans la métropole lyonnaise et membre de la CGT Educ’Action à propos de la rentrée des classes et du nouveau protocole sanitaire qui sera mis en place. Cette dernière a tout d’abord souligné un premier protocole post-confinement très flou où “Chacun avait sa compréhension des gestes barrières” . “On a eu un véritable mépris du personnel qui a été livré à lui-même par rapport à la compréhension du protocole” déclare-t-elle. Ce que la Métropole évoquait lors de cette conférence de presse quand était mentionnée la “souveraineté” des proviseurs d’établissements, la CGT Educ’Action y voit une attitude démissionnaire de l’Éducation Nationale et un manque de direction générale et d’homogénéité qui risque d’être dommageable lorsque les élèves reprendront le chemin de l’école.

Cette professeure d’anglais a également évoqué le manque de prise en considération des élèves en situation de handicap qui nécessitent des aménagements spéciaux et contacts physiques réguliers voire constants avec les AESH (Accompagnant d’Elèves en situation de Handicap), : “On donne un protocole dont on se contrefiche si il est réalisable ou pas […] il y a de situations très diverses et variées”. Le manque de matériel a également été évoqué : “Nous sommes choqués que l’institution publique ne cherche pas à être exemplaire en matière de prévention sécurité au travail notamment en fournissant assez de matériel de qualité professionnelle aux élèves et personnel”.


Autres reportages

Auteur(s)

Site Web | Plus de publications

#DroitCitoyen le média libre et citoyen