Lyon, Grenoble, Strasbourg : l’annulation des marchés de Noël à répétition

Lyon, Grenoble, Strasbourg : l’annulation des marchés de Noël à répétition

image_pdfimage_print

Ces annonces sont de nouveaux coups durs, notamment après la fermeture des bars et la mise en place d’un couvre-feu dans plusieurs grandes villes dont Lyon et Grenoble. Dans cette dernière, le marché de Noël devait s’organiser place Victor Hugo, place Grenette et square Docteur-Martinest et durer un mois. L’évènement mobilise chaque année près d’une centaine d’exposants et rassemble des dizaines de milliers de visiteurs. Pour une large partie de la centaine d’exposants il s’agit d’une perte importante pour leur chiffre d’affaire. Les vendeurs spécialisés dans la vente de produits propres à la saison comme le vin chaud, les marrons ou les décorations de Noël sont les plus touchés.

Cette décision fait suite à l’annulation du marché de Noël de Lyon, annoncée le 14 octobre. Initialement prévu du 27 novembre au 24 décembre, c’est le marché de Noël le plus populaire de la région. Il représente environ 130 entreprises, artisans et producteurs tant régionaux que nationaux. À Lyon comme à Grenoble c’est aussi un manque à gagner pour les commerçants aux alentours puisque des dizaines de milliers de visiteurs affluent chaque année.

D’un autre côté, le marché de Noël de Strasbourg, très renommé, vient tout juste d’être annulé après de longues hésitations de la mairie. La maire de Strasbourg annonçait en effet encore il y a quelques jours son souhait de maintenir l’évènement qui rassemble près de deux millions de visiteurs chaque année, même si, cette année, il aurait pâti du manque de visiteurs étrangers. Aussi, ce jeudi 22 octobre, la décision est tombée, le marché mythique n’aura pas lieu non plus. Les 300 chalets sont donc supprimés mais la ville compte maintenir un certain nombre d’animations dans le cadre de “Strasbourg Capitale de Noël 2020”, dont le mythique sapin.

À Lyon, le sort de la Fête des Lumières n’est pas encore fixé. Le maire de la ville, Grégory Doucet a annoncé s’être donné jusqu’à la mi-novembre avant de décider dans un article de 20 Minutes du 15 octobre 2020.

Il s’agit à ce titre de noter que l’épidémie de Covid-19 progresse en France et que Lyon comme Grenoble font l’objet d’un couvre-feu qui devrait durer au minimum jusqu’au 14 novembre. À Strasbourg la situation sanitaire est de plus en plus préoccupante même si la ville ne fait pas encore partie des métropoles concernées par le couvre-feu.


Nos reportages


Auteur(s)

Chloé Pasquinelli
Plus de publications

Journaliste à #Droitcitoyen