Confinement : la réaction de la Métropole de Lyon

Confinement : la réaction de la Métropole de Lyon

image_pdfimage_print

Hier soir à 20h, le Président Emmanuel Macron a annoncé un deuxième confinement pour endiguer la seconde vague qui s’est progressivement installée ces derniers mois. Dans un communiqué, la Métropole de Lyon déclare prendre acte des décisions gouvernementales mais appelle l’État à soutenir les entreprises ainsi que les plus démunis.

Pour rappel, à Lyon comme dans d’autres grandes villes, l’État d’urgence sanitaire avait été instauré le vendredi 16 octobre. Un couvre-feu avait notamment été mis en place entre 21h et 6h du matin. Ces mêmes mesures avaient par la suite été étendues à 38 départements la semaine dernière. Désormais, le confinement sera national et comptera du vendredi 30 octobre au mardi 1er décembre minimum.

Le Conseil Métropolitain du Grand Lyon a fait savoir qu’elle comprenait les mesures prises en tant qu’elles sont « nécessaires pour endiguer la pandémie et soulager notre système de santé ». Elle prévoit dans cette lignée une campagne de communication qui devrait sortir la semaine prochaine, en participation avec le Sytral et les Hospices Civiles de Lyon (HCL), pour rappeler l’importance du respect des gestes barrières.

Il s’agira d’un confinement similaire à celui du printemps en ce sens qu’il inclut une limite de déplacement, une interdiction de voyager d’une région à une autre et l’obligation de fournir une attestation dérogatoire.

Il sera néanmoins plus souple puisque les écoles, collèges et lycées resteront ouverts, sous réserve de la mise en place d’un protocole sanitaire strict. Il est notamment question de faire classe en demi-groupes, surtout dans les classes les plus nombreuses. Le gouvernement a également décidé ce matin d’étendre le port du masque aux enfants de 6 ans. Les universités, quant à elles, feront cours à distance.

« Un nouveau coup porté aux secteurs économiques les plus exposés »

Ce confinement signifie néanmoins une fermeture de tous les commerces non-essentiels comme ce fut le cas en mars. Cela concerne entre autre les cafés, restaurants, magasins de vêtements, centres commerciaux, instituts de beauté ainsi que les coiffeurs. Le gouvernement prévoit malgré tout une réévaluation dans 15 jours pour voir si la situation permet la réouverture de certains commerces.

En revanche, tous les commerces jugés essentiels demeurent ouverts : entre autre les commerces alimentaires, les pharmacies, les bureaux de tabac, les magasins d’informatique, les stations-services, les blanchisseries et les banques. La plupart des commerces alimentaires ont par ailleurs fait savoir qu’aucune pénurie ne serait à craindre.

Suite à ces mesures, la Métropole de Lyon a souligné son inquiétude quant aux conséquences économiques majeures que représente un nouveau confinement, surtout considérant les difficultés que connaissent déjà de nombreux secteurs. Elle rappelle que le président a promis le 14 octobre de nouvelles mesures d’aides spécifiques pour les entreprises des secteurs les plus touchés et promet de veiller à ce que ces promesses soient tenues.

Bruno Bernard, président du conseil métropolitain, met aussi l’accent sur la situation devenue dramatique des plus démunis. Il appelle notamment l’Etat à mettre à l’abri les sans domiciles fixes et apporte tout son soutien aux associations.

« Nous allons prendre de nouvelles mesures exceptionnelles et notamment d’accompagnement, auprès des associations œuvrant dans les champs de l’aide alimentaire, du paiement des loyers et de l’hébergement d’urgence. Les personnes en situation de précarité sur le territoire, quelque que soit leur situation, ne doivent pas être laissées de côté ; nous mettrons tout en place pour les accompagner au mieux, dans leur quotidien ».

Bruno Bernard, Président de la Métropole de Lyon

La situation actuelle de l’épidémie à Lyon

La Métropole rappelle que « le taux d’occupation en réanimation au sein des HCL est de 89,5% ». L’épidémie a en effet progressé de manière inquiétante à Lyon ces dernières semaines, au point que de nombreux hôpitaux commencent à manquer de personnel voire arrivent à saturation.

Selon Santé Publique France, 1291 personnes sont actuellement hospitalisées à Lyon avec diagnostic COVID-19 dont 207 en réanimation. A l’échelle de la France, 20 184 patients sont hospitalisés, et 3036 d’entre eux occupent des lits de réanimation. La Métropole de Lyon est donc devenu un des épicentres de l’épidémie en France.

Des mesures plus fermes que le simple couvre-feu avaient par ailleurs été réclamées la semaine dernière par l’URPS (Union Régionale des Professionnels de Santé) des médecins libéraux Auvergne-Rhône-Alpes. Ils prévenaient alors que “Avec plus de 41 600 nouveaux cas en 24 heures, l’épidémie atteint un niveau record qui dans quelques jours trouvera sa traduction dans un encombrement, voire une saturation des services hospitaliers, non seulement pour les patients atteints par la COVID, mais aussi par toutes les autres pathologies habituelles, avec des risques majeurs pour leur vie et leur santé”

Auteur(s)

Chloé Pasquinelli
Plus de publications

Journaliste à #Droitcitoyen