Les accusations de fraude du clan Trump

Les accusations de fraude du clan Trump

image_pdfimage_print

Depuis que les résultats de l’élection ont indiqué que le président Trump pourrait ne pas être réélu, il a essayé d’élaborer un récit alternatif d’une élection volée accompagnée d’une fraude majeure des démocrates. De nombreux tweets de Trump ont été modérés par Twitter avec un avertissement indiquant qu’ils contiennent des informations inexactes sur le processus électoral.

http://twitter.com/realDonaldTrump/status/1323864823680126977

“Nous sommes en hausse, mais ils essaient de VOLER l’élection. Nous ne les laisserons jamais faire. On ne peut pas voter après la fermeture des bureaux de vote !”

Ce tweet, immédiatement signalé par Twitter, a prétendu à tort que Trump avait une avance « énorme » (il n’avait jamais été en tête du décompte du collège électoral d’après les résultats donnés par diverses organisations de presse et, sans preuve, a accusé les démocrates d’essayer de voler l’élection. Les États n’autorisent pas le vote après la fermeture des bureaux de vote, mais certains États autorisent la réception des bulletins de vote à condition qu’ils soient envoyés le jour du scrutin, soit le 3 novembre, le cachet de la poste faisant foi. Le tweet a également été supprimé de son compte, non sans avoir été rediffusé dans plusieurs médias et autres comptes twitter.

Joe Biden a encouragé ses partisans à voter tôt et par courrier. Trump a dénigré le système de vote par correspondance pendant des mois et a encouragé les partisans à voter en personne, accusant le système de vote par correspondance d’être un outil de fraude massive.

Entre-temps, en raison de la pandémie de coronavirus, les États gouvernés par les républicains et les démocrates ont décidé d’élargir les possibilités de vote par correspondance cette année. Pour cette élection, les votes par correspondance représentent une proportion beaucoup plus importante du vote global par rapport aux élections précédentes.

L’équipe de campagne du président Donald Trump a engagé des poursuites judiciaires mercredi en Pennsylvanie, au Michigan et en Géorgie, jetant ainsi les bases d’une contestation ces États du champ de bataille, alors qu’il se glissait derrière le démocrate Joe Biden dans la chasse aux 270 voix du Collège électoral nécessaires pour remporter la Maison-Blanche.

Les nouveaux dépôts, qui s’ajoutent aux contestations judiciaires républicaines existantes en Pennsylvanie et au Nevada, exigent un meilleur accès des observateurs de la campagne aux lieux où les bulletins sont traités et comptés, et soulèvent des inquiétudes quant au vote par correspondance, a déclaré la campagne. Toutefois, dans un des lieux en question du Michigan, l’Associated Press a pu remarquer mercredi que des observateurs des deux camps surveillaient le scrutin.

La campagne Trump cherche également à intervenir dans une affaire de la Pennsylvanie devant la Cour suprême qui porte sur la question de savoir si les bulletins de vote reçus jusqu’à trois jours après l’élection peuvent être comptés, a déclaré le directeur adjoint de la campagne, Justin Clark.

Ces actions révèlent une stratégie juridique émergente à laquelle le président fait allusion depuis des semaines, à savoir qu’il attaquerait l’intégrité du processus de vote dans les États où le résultat pourrait signifier sa défaite. On l’avait entendu dire lors d’un de ses meetings de campagne « si nous gagnons mardi ou – merci à la Cour Suprême – quelque temps plus tard », prévoyant donc d’ores et déjà un recours judiciaire en cas de résultars fâcheux à l’issue du scrutin.

Sa campagne a également annoncé qu’il demanderait un recomptage dans le Wisconsin, un État que le candidat démocrate a remporte mercredi après-midi selon l’AP. Le directeur de campagne Bill Stepien a cité « des irrégularités dans plusieurs comtés du Wisconsin », sans donner de détails. Le président est effectivement en droit de demander un recomptage des voix en cas de suspicion de fraude avérée, mais l’absence des détails dans ces accusations reste douteuse.

Biden a déclaré mercredi que le décompte devrait se poursuivre dans tous les États, ajoutant : « Personne ne nous enlèvera notre démocratie – ni maintenant, ni jamais. »

Le porte-parole de la campagne, Andrew Bates, a déclaré que les contestations judiciaires n’étaient pas le comportement d’une campagne gagnante.

Les fonctionnaires électoraux ont continué à compter les votes dans tout le pays, processus normal le jour suivant le vote. Contrairement aux années précédentes, les États étaient confrontés à une avalanche de bulletins de vote par correspondance, motivée par la crainte de voter en personne en cas de pandémie et sans doute par l’appel du candidat Biden à favoriser le vote à distance. Au moins 103 millions de personnes ont voté par anticipation, par courrier ou en personne, ce qui représente 74 % du total des votes exprimés lors de l’élection présidentielle de 2016.

Auteur(s)

Erika Salas, journaliste #Droitcitoyern
Erika Salas
Plus de publications

Journaliste #Droitcitoyen