Vaccin Astrazeneca : « sûr et efficace » selon l’AEM

Vaccin Astrazeneca : « sûr et efficace » selon l’AEM

image_pdfimage_print

Suspendu dans une vingtaine de pays européens dont la France, le vaccin Astrazeneca est dans la tourmente depuis une semaine. En cause ? De possibles effets secondaires et notamment des cas de thrombose. L’Agence européenne des médicaments a rendu les conclusions de son enquête aujourd’hui.

« Le vaccin est sûr et efficace » estime l’Agence européenne du médicament (AEM). Pour le moment, aucun lien direct ne peut être établi entre le vaccin Astrazeneca et les cas de thromboses déclarés récemment. Si l’Agence « ne peut exclure définitivement » un lien avec ces troubles de coagulation rares, le vaccin ne génère pas plus de risques de les contracter, a-t-elle réaffirmé.

Plus d’1 million de français ont été vaccinés à l’Astrazeneca depuis sa mise sur le marché en France le 6 février. Il s’agit du troisième vaccin recommandé par l’Agence européenne du médicament après Pfizer-BioNTech et Moderna. Pourtant, celui-ci a été suspendu par plus d’une vingtaine de pays depuis le 11 mars.

Des cas de thromboses rares détectés

Allemagne, Danemark, Norvège, Islande, Suède, Pays-Bas, Irlande, Bulgarie, Thaïlande, Portugal et France ont suspendu la distribution du vaccin par mesure de précaution. En cause : des cas de thromboses détectés après plusieurs vaccinations. Autrement dit, la formation de caillots de sang dont les conséquences peuvent être mortelles.

La thrombose est l’occlusion d’une artère par un caillot sanguin. Un caillot peut bloquer partiellement ou totalement la circulation sanguine. L’occlusion des artères cérébrales peut provoquer un accident vasculaire cérébral. Et c’est ce qu’il se passe pour les cas de thromboses détectés après des vaccinations à l’Astrazeneca. Il ne s’agirait pas d’une forme de thrombose « classique », mais d’une forme de thrombose du sinus veineux cérébral. une forme rare d’accident vasculaire cérébral (AVC).

L’Agence européenne du médicament a rapporté que sur 20 millions de personnes vaccinées à l’Astrazeneca en Europe, seuls 7 cas de thrombose disséminée et 18 cas de thrombose cérébrale ont été détectés. Mais pour certains spécialistes, ce n’est pas le nombre de cas qui inquiète, mais la forme rare de ces thromboses. « C’est sur cet aspect-là qu’il y a aujourd’hui discussion » avait déclaré le Professeur Alain Fischer sur France Inter.

La balance « bénéfice-risque »

Malgré les risques, l’AEM affirme ne pas avoir détecté de lien direct entre les vaccins et ces cas, et quand bien même, « les bénéfices sont largement supérieurs aux risques », a affirmé le Dr. Straus de l’AEM. Même constat pour l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) qui estime que « la balance risques/bénéfices penche en faveur du vaccin AstraZeneca » et « recommande que les vaccinations se poursuivent ».« Le vaccin Astrazeneca n’est pas associé à une augmentation du risque global de caillots sanguins aux patients qui le reçoivent » a déclaré le premier Ministre Jean Castex lors de son allocution le 18 mars, « La vaccination reprendra au plus vite » a-t-il assuré. Le Premier Ministre a également annoncé qu’il se fera lui-même vacciner à l’Astrazeneca demain, vendredi 19 mars.

Auteur(s)

Charlotte Hernandez
Plus de publications