L’animation française se démarque aux Annie Awards 2021

L’animation française se démarque aux Annie Awards 2021

image_pdfimage_print

Les Annie Awards récompensant les meilleures animations au cinéma, à la télévision et dans les jeux vidéo ont eu lieu virtuellement le 16 avril, après avoir été reportés plusieurs fois en raison de la pandémie. En cette occasion, le cinéma français n’est pas passé inaperçu lors de la remise des prix, se distinguant dans de nombreuses catégories. 

Les soit-disant « Oscars de l’animation » organisés par l’Association internationale du film d’animation (ASIFA-Hollywood) ont réuni pour leur 48e édition une compétition serrée entre les deux films ayant obtenu le plus de nominations : Soul et Le peuple Loup (Wolfwalkers). Le premier, appartenant aux studios d’animation Pixar, est arrivé au gala avec dix nominations et a remporté sept prix, dont celui du meilleur film. D’autre part, Le peuple Loup, coproduit par l’Irlande, le Luxembourg et la France, a gagné l’Annie du meilleur film indépendant et quatre autres prix : Meilleur Réalisateur, Meilleure animation des personnages dans un long-métrage d’animation, la Meilleure voix et le meilleur design de production. 

Le peuple Loup est un film fantastique et d’aventure qui appartient à la trilogie du folklore irlandais de Tom Moore avec Brendan et le Secret de Kells (2009) et Le Chant de la mer (2014). Moore s’associe à Ross Stewart pour réaliser ce film qui mélange l’animation traditionnelle avec la réalité virtuelle et  le CGI (images générées par ordinateur). Le peuple Loup emmène le spectateur dans l’Irlande du XVIIe siècle pleine de superstitions et d’histoires de magie dans laquelle deux filles issues de mondes opposés vont mettre leur amitié au-dessus de tout pour vaincre ceux qui les mettent en danger. Ce film produit par Cartoon Saloon et Melusine Productions qui, après avoir balayé la critique, a remporté le Bafta du meilleur film d’animation et a été nommé aux Oscars, a triomphé parmi les nominés pour l’Annie du meilleur film indépendant.

Mais les long métrages d’animation français n’étaient arrivés aux Annie qu’avec cette proposition, puisque le film du réalisateur Rémi Chayé, Calamity, Une Enfance de Martha Jane Cannary, concourait aux côtés de Le peuple Loup pour le prix du meilleur film indépendant. Cette animation ne s’est pas seulement distinguée dans cette catégorie, puisque Rémi Chayé était nominé pour l’Annie du meilleur réalisateur, qu’il a finalement perdu au profit de Le peuple Loup

Les courts-métrages français

«Pendant dix ans, j’ai prétendu faire parler mon grand-père sur la guerre d’Algérie. Aujourd’hui, je ne suis plus sûr de vouloir entendre ce qu’il a à dire… ni d’avoir envie de faire ce film, d’ailleurs.» C’est ainsi que Souvenir, souvenir, le court-métrage écrit, réalisé et interprété par Bastien Dubois, se présente au spectateur. Le réalisateur fait appel à la chanson de Johnny Hallyday, portant le même titre que le court-métrage, pour refléter la relation de Dubois avec son grand-père. Avec deux techniques d’animation différentes, le film nous raconte sous forme de dessins animés la vie en Algérie du grand-père du protagoniste telle que ce dernier l’imagine, et à travers la peinture le réalisateur nous raconte sa vie à lui-même en France avec sa famille. Ce court-métrage a reçu le prix du jury au festival du film de Sundance aux États-Unis et le prix Emile-Reynaud 2020 du meilleur court-métrage d’animation français.  Lors du gala des Annie Awards, il a remporté le prix du meilleur court-métrage d’animation.   

Regarder le court-métrage: https://www.arte.tv/fr/videos/069776-000-A/souvenir-souvenir/

Les écoles d’animation françaises montrent leur qualité lorsqu’il s’agit de réaliser des courts-métrages. Dans la catégorie du meilleur court-métrage réalisé par des étudiants, trois des cinq courts-métrages nominés provenaient d’écoles françaises : La Bestia (Gobelins, l’école de l’image), Coffin (Gobelins, l’école de l’image) et Latitude du printemps (Rubika). Le gagnant du prix Annie dans cette catégorie est La Bestia, un court-métrage réalisé par Marlijn Van Nuenen, Ram Tamez et Alfredo Gerard Kuttikatt, trois étudiants des Gobelins, l’école de l’image de Paris. La Bestia (La Bête) est une histoire d’immigration sur une jeune fille et un passeur mexicain qui voyagent illégalement dans un train pour rejoindre les États-Unis. Avec une animation en 2D et un doublage en espagnol, ces trois étudiants racontent un drame qui finit par transformer le train lui-même en un monstre dangereux.

Regarder le court-métrage: https://youtu.be/JMfUdb9QUpM

La remise de prix

En raison de la pandémie, les Annie Awards ont consisté en une diffusion en ligne de la cérémonie de remise des prix. Josh Gad, acteur et doubleur, a dirigé la célébration depuis l’une des pièces de sa maison. Il s’agissait d’un gala diffusé en direct pour les téléspectateurs mais, néanmoins, il a été préenregistré pour éviter les problèmes de connexion. Ainsi, les gagnants ont fait preuve de créativité lors de la remise des prix, en utilisant des montages vidéo curieux et amusants et, à certaines occasions, comme pour le réalisateur de Le Peuple Loup, en mélangeant réalité et animation. 

Les Annie Awards sont considérés comme le prélude aux Oscars pour l’animation. Le 26 avril, avec Le Peuple Loup et le court métrage d’Adrien Merigeau, Genius Loci, nous pourrons voir si l’animation française se distingue autant dans la plus importante récompense cinématographique qu’elle l’a fait dans les Annie Awards de cette année. 

Regarder la remise de prix: https://youtu.be/1oC28sukOa0 

Auteur(s)

Elena Francisco Marcos
Elena Francisco Marcos
Plus de publications

Journaliste à #Droitcitoyen